Activités de recherche

Programme de recherche sur l’ataxie épisodique de type 2

Exploration moléculaire de patients atteints d’Ataxie Episodique de type 2 sans mutation ponctuelle identifiée dans CACNA1A : recherche de grands réarrangements.

Date de début : janvier 2007

Investigateur principal : Dr. F.Riant – service de Génétique moléculaire – Hôpital Lariboisière – Paris.

Rationnel : L'ataxie épisodique de type 2 (EA2) est une ataxie cérébelleuse paroxystique autosomique dominante due à des mutations du gène CACNA1A (chromosome 19p13), gène codant pour un canal calcique. La recherche de mutations de ce gène est possible lors d'un diagnostic moléculaire, et l’approche utilisée jusqu’à présent par les différentes équipes est celle du criblage des exons par SSCP ou séquençage. Cette approche a permis de mettre en évidence des mutations ponctuelles dont la majorité aboutit à l’apparition d’un codn stop prématuré. Toutefois, dans un nombre non négligeable de cas, aucune mutation n’est mise en évidence avec ces techniques. Du fait de la nature des mutations les plus fréquemment identifiées dans cette pathologie, les mutation stop, nous avons émis l’hypothèse de l’existence de grands réarrangements dans le gène CACNA1A, non détectables par les techniques classiques de criblage.

Objectif : L’objectif de cette étude est de rechercher les grandes délétions dans le gène CACNA1A chez des individus présentant une EA2.

Sélection, inclusion des patients et déroulement de l’étude : Seront inclus dans cette étude une quarantaine de patients index présentant des signes cliniques compatibles avec le diagnostic d’EA2 et pour lesquels aucune mutation n’a pu être mise en évidence par des techniques classiques de criblage (séquençage et/ou SSCP). La recherche de délétion sera réalisée par la technique de QMPSF (Quantitative Multiplex PCR or Short Fluorescent fragments).

Résultats attendus : L’étude a donc pour but de déterminer le spectre de ces mutations et leur fréquence afin d’évaluer l’intérêt de leur recherche systématique lors de la demande de diagnostic moléculaire de cette affection.

Retour